Cours et séminaires 2020-2021

, par Ingrid Pichon

Séminaire du tronc commun du parcours de master Arts/Théorie et Pratique : Collaborations et coopérations artistiques, une introduction à l’esthétique et à la philosophie de l’art.
Bernard Sève (université Lille III), ouvert à quelques étudiants du DHTA (inscriptions auprès de francoise.zamour@ens.fr)
M1 – S1 - 6 ECTS

Séminaire du tronc commun du parcours de master Arts/Théorie et Pratique ouvert à quelques étudiants du DHTA (inscriptions auprès de francoise.zamour@ens.fr)

Nulle œuvre n’est une île, nul artiste n’est un Robinson solitaire. Le travail artistique est, comme toute activité humaine, collaboratif ; il relève des logiques d’interaction aujourd’hui très étudiées en philosophie et dans les sciences sociales. Ces collaborations entre artistes peuvent être synchroniques ou diachroniques, volontaires ou contraintes (le compositeur mettant en musique un poème contre l’avis de son auteur), visibles ou dissimulées, minimales (la poésie) ou maximales (le cinéma). Le cours portera sur la structure du travail artistique, sur les formes de collaboration ou de coopération propres aux différents arts (anciens, modernes ou contemporains), sur l’implication des différents acteurs (y compris le public, les mécènes, les institutions culturelles ou universitaires, tout ce qu’Arthur Danto a appelé « le monde de l’art ») dans la production des œuvres ou des performances artistiques.

 

 

Rouvrir la Théorie esthétique : Adorno, l’art et les arts, Jacques-Olivier Bégot (Université de Rennes 1) et Fériel Kaddour.
S1 et S2 (insécable)
6 ECTS
Niveau : tous niveaux
Validation : travail écrit
Jeudi 16h-19h. Salle Weil. 8 séances annuelles. Calendrier du 1er semestre : 8 octobre, 5 novembre, 3 décembre.

Programme détaillé et séances du second semestre : annonce à la rentrée.
Bien que les commémorations aient fini par devenir une « mode intemporelle », pour reprendre l’expression qu’Adorno appliquait au jazz, ce n’est pas d’abord le goût des anniversaires ou de l’histoire que Nietzsche qualifiait d’ « antiquaire » qui invite à rouvrir la Théorie esthétique cinquante ans après la mort de son auteur. Si, comme le montre notamment la chronologie des traductions, l’esthétique et la philosophie de l’art (et plus particulièrement les travaux consacrés à la musique) ont pendant longtemps constitué la voie royale de la réception d’Adorno en France, le récent regain d’intérêt pour la « Théorie critique » s’est concentré sur d’autres versants de l’œuvre. Que ce renouvellement puisse également bénéficier à la Théorie esthétique, pour peu que l’on accepte de la rouvrir et de la relire (ce qui revient, en définitive, à rouvrir l’ensemble des écrits qu’Adorno a consacrés aux arts, des écrits musicaux aux Notes sur la littérature), telle est l’hypothèse que les séances de ce séminaire voudraient mettre à l’épreuve.