Cours et Séminaires par discipline 2021-2022

, par Morgane THRO

Etudes cinématographiques

Enseignant.e.s Horaires Salle ECTS Semestre Niveau
Sir Alfred Hitchcock, cinéaste anglais

Jean-Loup Bourget et

Françoise Zamour

LUNDI

15 H -17 H

Salle Weil 6 S1

Initation

(Conseillé en 1e année)

De l’œuvre de Hitchcock (1899-1980), la période anglaise (24 films, de 1925 à 1939), considérée comme celle d’un apprentissage, reste méconnue. Elle voit pourtant Hitchcock perfectionner plusieurs formules du film criminel, mais aussi s’essayer à la comédie, au mélodrame, à l’adaptation littéraire ou théâtrale, au film en costume, au mélange des genres. À Hollywood, Hitchcock continue à privilégier des sources anglaises, parfois transposées dans un décor américain, il tourne à Londres, il admire et dirige des acteurs d’origine britannique. Cette dimension de l’œuvre, sous-estimée par Truffaut qui pensait qu’Angleterre et cinéma étaient des termes antinomiques, mérite d’être réévaluée.

Validation : essai

Séminaire d’analyse de films

Françoise Zamour

VENDREDI

14 H – 17 H

Salle Weil (du 19/11 au 3/12)

Salle des Actes (du 10/12 au 14/01)

6 S1 Initiation
(Conseillé en 1e année)

 

Ouvert aux étudiants désireux d’écrire sur le cinéma, cet atelier s’adresse plus particulièrement à ceux qui souhaitent, soit au cours de leur travail de recherche, soit en vue de la préparation d’une école de cinéma, disposer d’outils d’analyse précis, et exercer leur regard et leur plume sur des séquences choisies dans des cinémas de toutes époques et de nationalités diverses. Il se poursuivra par quelques séances sur table d’entrainement à l’analyse en temps limité.

Validation : 2 analyses écrites minimum au cours du semestre.

Actualité du cinéma : Séminaire de tutorat


Françoise Zamour

et Antoine de Baecque

UN MARDI PAR MOIS

12H30 - 15H

Salle Aimé Césaire (ECLA, escalier A, 2ème étage) - S1/S2 Tutorat

 

Première séance le mardi 5 octobre en Salle Aimé Césaire. Calendrier : 16 novembre / 7 décembre / 18 janvier / 8 février / 15 mars / 12 avril / 10 mai.

Female Impersonators : Akerman, Duras, Bourgeois, Calle and Ernaux

(Cours en anglais)

Alice Blackhurst (Cambridge University)

5 séances

MERCREDI

14H - 17H

Salle LETTRES 1 et 2

- couloir Jaune - 2ème étage

  S1 Avancé

 

CALENDRIER : 29/09, 6/10, 13/10, 20/10, 27/10.

In 2021, Linda Nochlin’s iconic question and essay of the same name, « Why have there been no great women artists ? » turned fifty years old. Yet, with gender an increasingly elastic, variable concept, what might be the resonance (and relevance) today of the category of « women artists » or artistes femmes ? In this creative, inter-disciplinary seminar exploring cinema ; life-writing ; sculpture ; installation art, and various first-person hybrid genres and forms, we will look at five claimed women artists who both perform and, to cite the American poet Anne Carson, « impersonate » their feminine gender – Chantal Akerman, Marguerite Duras, Sophie Calle, Louise Bourgeois and Annie Ernaux – and resist, at the same time, being reduced to the presumed essentials of their sex. We will ask whether ‘feminist artist’ and the possibility of a multi-directional feminist gazing might provide more updated terminology, and craft our own creative responses both to the work of these visionary women and to the gendered ‘luxury’ of, in Michel Foucault’s words, « making of one’s life a work of art ».

Validation : Dossier écrit de 10 pages.

Women Film Critics : Susan Sontag, Pauline Kael, Renata Adler

(Cours en anglais)

 

Alice Blackhurst (Cambridge University)

MARDI

15H - 17H

 

16/11/21 : salle IHMC (au 3ème étage) ; 23/11 : IHMC ; 30/11 : Marbo (au 29, rue d’Ulm)

  S1 Avancé

 

In Orson Welles’s feature The Other Side of the Win, the « critic lady » is perceived as a problem. To this day, the idea of the « woman film critic » persists in mainstream cinematic culture as an anomaly, an aberration, and an enigma to be solved. In this class, we will study exemplars of the practice – Susan Sontag, Pauline Kael, Renata Adler and bell hooks – to determine whether a cineécriture au féminin exists and can transcend the famed « male gaze ».

Validation : Dossier écrit de 10 pages.

Deleuze et ses films


Antoine de Baecque

et Clélia Zernik (ENSAB)

UN MARDI PAR MOIS

14H - 17H

   

S1/S2

(insécables)

Avancé

 Le cinéma pense et l’on peut penser grâce aux films. En nous appuyant sur les films eux-mêmes, nous tenterons de voir en quoi, pour Gilles Deleuze, les films deviennent les leviers d’une conceptualisation active. L’ambition de ses deux ouvrages sur le cinéma, L’Image-mouvement (1983) et L’Image-temps (1985), n’est pas de proposer une histoire du cinéma mais de tenter une classification des images et des signes tels qu’ils apparaissent au cinéma. En suivant les textes des deux ouvrages, nous chercherons à voir en quoi ils permettent une approche à la fois technique et signifiante des films. Du western au cinéma d’Ozu, en passant par le néoréalisme italien d’un Rossellini ou d’un De Sica, la Nouvelle Vague, Resnais, Bergman, Godard, le séminaire suivra le parcours cinématographique proposé par Deleuze afin d’étudier, par allers-retours entre analyse philosophique et étude précises des images, certains films-emblèmes de cet échafaudage commun.

Validation : Dossier sur l’un des films choisis.

La Critique. Séminaire de l’Institut d’Études Critiques

Antoine de Baecque (ENS), Marc Cerisuelo (Paris Est), Hervé Joubert-Laurencin (Paris Nanterre), Cécile Sorin (Paris 8)

UN MERCREDI PAR MOIS

8 séances

18H - 20H

INHA  

S1/S2

(insécables)

Avancé

 

PREMIERE SEANCE : 21 OCTOBRE

Ce séminaire interdisciplinaire s’interroge sur les divers modes de l’écriture et de l’intervention critique, en France et à l’étranger. A travers l’étude de certaines personnalités, certaines revues ou journaux, certains lieux, certains courants de la critique cinématographique, on verra comment peut s’opérer de manière singulière et précise la transmission d’une expérience.

Validation : Mémoire écrit.

Esthétique du film - Le Cuit et le Cru : la cuisine du cinéma-monde


Françoise Zamour

LUNDI

15H - 18H

Salle Weil 6 S2 Avancé

 

PREMIERE SEANCE : 17 JANVIER 2022

Depuis le Déjeuner de Bébé des Frères Lumière, la nourriture, la cuisine et le cinéma entretiennent un long compagnonnage. Exacerbée par l’usage mondialisé des réseaux sociaux, la photogénie de l’alimentation rejoint aujourd’hui une cinégénie plus ancienne et prend des formes polymorphes, au gré des filmographies. La nourriture, au cinéma, interroge le rapport au corps, questionne la politique et l’économie de la consommation, engage profondément les valeurs, les croyances, la relation à l’autre. De La Grande Bouffe à Tampopo, des Délices de Tokyo à The lunch box, ce séminaire tentera un voyage culinaire esthétique, économique et anthropologique.

Validation : Intervention orale.

 

Histoire de l’art
Enseignant.e.s Horaires Salle ECTS  Semestre  Niveau
Cours méthodique d’Histoire de l’art

Nadeije Laneyrie-Dagen - S1

Charlotte Guichard (février) et Katia Sowels (mars - avril) - S2

JEUDI

10H - 12H30

 SAleihihcduzCGVYG 6 S1/S2 Initiation

Ce cours est à numerus clausus (25), et spécialement fléché vers les “première année”.

Il a pour vocation d’introduire des étudiant.es non averti.es en histoire de l’art, à des repères chronologiques en matière d’artistes et d’écoles, du moins en ce qui concerne l’art occidental, et surtout, de les inciter à un regard patient, attentif, scrutateur, et autonome, sur les œuvres. Il concerne donc, s’il faut limiter les candidatures, aux « entrant ;es » à l’École, en premier lieu.

Le défi est aussi de préparer certain.es étudiant.es à l’épreuve écrite d’histoire générale de l’art du concours de l’INP (Institut National du Patrimoine : concours de conservateur de musées). Pour cette raison, on alterne entre vues générales à très long terme, et une périodisation relativement plus restreinte, selon les années, ces derniers étudiant.es pouvant suivre le cours plusieurs années de suite.

On traitera cette année les XVIe – XVIIe siècle au S1 ; le XVIIIe siècle en février ; le XIXe et le début du XXe en mars-avril. C’est déjà un énorme programme. On envisagera la peinture principalement, mais sans négliger les arts décoratifs, la sculpture, et l’architecture.

Le cours est exigeant en termes de présence, 2 h 30 / semaine. Les séances se passeront à l’ENS, ou en musées, selon les cas.

L’enseignement est validé (6 ECTS par semestre) par un mémoire libre et, pour les candidats éventuels à l’INP, par une épreuve sur table.

Pré-inscription nécessaire : laneyrie-dagen@ens.fr ET copie ingrid.pichon@ens.fr dans les tout premiers jours de septembre, pour vous inscrire. Nous ne pourrons accepter que 25 candidatures – première années et préparationnaires INP.

Cultures visuelles des Lumières. Regards sur l’actualité au dix-huitième siècle


Charlotte Guichard

(CNRS/ENS)

8 séances

MERCREDI

10H - 13H

 Salle d’Histoire    S1 Initiation

 

CALENDRIER : 22 et 29 septembre ; 13 et 20 octobre ; 10 et 17 novembre ; 1er et 15 décembre 2021.

Comment l’actualité fut-elle mise en image au dix-huitième siècle ? Dans quelle mesure l’art et les images furent-ils alors un laboratoire de la modernité visuelle ? Cet atelier entend réfléchir à la puissance des images, dans un monde plus ouvert où celles-ci deviennent moins rares et plus efficaces, et où elles participent activement à la fabrique visuelle de l’actualité, suscitant de nouvelles formes de réactions dans l’espace public. La modernité critique des Lumières est en effet indissociable de productions visuelles nouvelles qui vont changer la manière de voir le monde.

Destiné aux historiens et aux historiens de l’art, ce cours prendra la forme d’un atelier autour de dossiers d’œuvres et d’images et en discussion avec l’historiographie récente : on étudiera l’irruption du présent dans le temps de l’image (la bulle spéculative de Law en 1720, la guerre d’Indépendance américaine), la modernité optique et médiatique, le temps des Autres (de la fabrique visuelle de l’exotisme à l’actualité coloniale et impériale). Dans une approche interdisciplinaire, on réfléchira à la circulation des images, aux relations productives entre art et cultures visuelles dans un monde en mouvement.

Validation : assiduité, participation, rédaction d’un dossier autour d’une ou plusieurs images (5 pages).

Voyage d’étude : Venise, du XVIe à la biennale d’art contemporain

Nadeije Laneyrie-Dagen

et Katia Sowels

3 sessions de préparation en avril, séjour en mai 2022 -   S2 tardif Initiation

Numerus clausus à 12 étudiant.es.

Interrompue pour sa dernière session prévue à cause de la crise sanitaire, la biennale de Venise, grande exposition internationale d’art vivant, rouvrira ses portes en mai 2022. Nous tâcherons de profiter de cette occasion pour organiser un séjour « mixte », trois jours de peinture et architecture anciennes, en nous concentrant sur la Venise des XV-XVIe siècle, et une journée et demi aux « Giardini » et à l’ « Arsenal », dans la biennale. Ceci au commencement de mai.

Ce séjour est conditionné à la réunion de fonds qui en permettent la réalisation, pour que les participant.es ne se voient pas demander un apport financier excessif.

Il sera préparé par trois sessions de travail : initiation à l’art de Venise à la fin du Moyen Age et au commencement de la Renaissance (deux fois une matinée et une après-midi) et à l’histoire de la biennale (une demie journée). Les inscriptions seront à faire au commencement du S2.

Séances de tutorat en histoire de l’art

Nadeije Laneyrie-Dagen et Morgan Labar - S1

Nadeije Laneyrie-Dagen et Katia Sowels - S2

MARDI 2/3 FOIS PAR MOIS

14H - 16H30

  6 S1/S2 Tutorat

Enseignement susceptible d’être suivi sur un semestre, très conseillé aux deux semestres, réservé aux étudiant.es dont la majeure est l’histoire de l’art. 

CALENDRIER :
Mardi 21 septembre : NLD – et Katia Sowels.
Mardi 28 septembre : NLD
Mardi 5 octobre : NLD
Mardi 12 octobre : NLD
Pas de tutorat les 19 et 26 octobre, mais une « sortie » exceptionnelle, ML : FIAC (à préciser –la Foire Internationale d’Art contemporain se tient du jeudi 21 au dimanche 24 octobre)
Semaine de congé de la Toussaint (1er – 7 novembre).
Mardi 9 novembre : ML
Mardi 16 novembre : ML
Mardi 23 novembre : NLD
Pas de tutorat le 30 novembre
Mardi 7 décembre : NLD
Mardi 14 décembre : ML (à confirmer)

Les séances réunissent les historien.nes de l’art, de leur entrée à l’École à leur préparation éventuelle au concours de l’INP. Cet enseignement a pour ambition de créer une communauté d’étudiants spécialistes, et pour les enseignants, de mieux connaître et suivre leurs élèves.

Les séances font intervenir les participant.es, principalement. Il ne s’agit pas d’un cours magistral, mais d’un enseignement participatif, sous la forme (qui peut être diverse et imaginative, ou au contraire calibrée en fonction des exigences de concours) d’exposés oraux, chacun accompagné d’une fiche mnémotechnique. 

Selon les années, ces séances prennent une orientation diverse. En 2020-2021, il s’agira, pour les séances sous la responsabilité de NLD, de préparer un petit groupe de candidat.es aux épreuves de l’INP (Institut national du patrimoine) : présentation de soi et questionnements du « grand oral » ; commentaire d’œuvres ; dissertation générale (celle-ci, en préparation à part). Cette préparation permettra aux étudiant.es moins avancé.es de s’initier à l’analyse œuvres, et d’élargir leur culture en étant capable d’analyser de façon précise, des productions artistiques de différentes époques.

Les séances sous la responsabilité de Morgan Labar (S1) et de Katia Sowels (S2) seront consacrées, au gré de ces enseignants, à l’actualité culturelle (critique d’expositions) et / ou à la lecture de textes fondamentaux.

L’ambition étant d’ouvrir un avenir professionnel aux étudiant.es, il arrivera qu’on ouvre ces séances à des invités, jeunes ancien.nes entré.es en école d’application ou au début de leur carrière, qui viendront présenter leur expérience.

Styles Revisited : From Iconology to Digital Image Studies- 2021-2022 Artl@s/Visual Contagions Research Seminar

(Cours en anglais)

Béatrice Joyeux-Prunel (université de Genève ; Centre IMAGO à l’ENS), avec la collaboration de Catherine Dossin (Purdue university) et Nicola Carboni (université de Genève)

Séminaire Mensuel En ligne   S1/S2 Avancé

The 2021-2022 Artl@s/Visual Contagions research seminar is devoted to the ubiquitous yet elusive and challenging notion of “style”. The seminar forms part of two research projects : IMAGO at École normale supérieure, Paris, France (European Jean Monnet Excellence Center, 2019-2022), on the European circulation of images, and a new project launched in January 2021 at the university of Geneva, Switzerland, VISUAL CONTAGIONS (SNSF 2021-2025), on the globalization of images.

Programme en ligne surhttps://artlas.huma-num.fr/ ethttps://visualcontagions.unige.ch

Cacher/montrer : l’œuvre et ses usages (S1, questions de sens ; S2, censure et destructions)

Nadeije Laneyrie-Dagen

MARDI

11H - 13H

Salle Lettre 1et 2

Salle Berthier (29 rue d’Ulm) les 16/11, 30/11 et 14/12 

6 S1/S2 Avancé

Il y a quelques années, le cours « Couvertes / Découvertes » abordait la question de ce qui, dans l’art, est fait pour être montré, et de ce qui est dissimulé ou au moins en partie caché. Nous reprenons ce thème après une longue pause, en deux sessions distinctes susceptibles d’être suivies à part, ou globalement sur l’année. 

On enquêtera d’abord sur cette affirmation : l’art recherche la visibilité, la peinture au premier chef, est faite pour être vu. Il s’agira d’examiner dans quelle mesure cette assertion pourrait n’être qu’une réalité partielle, c’est-à-dire relative à un temps (une histoire) et une géographie (des cultures).

Au prix d’une relecture de la hiérarchie des sens (l’auditif, l’olfactif, le toucher, le goûter – et la vue), on montrera ensuite que, en particulier, l’usage muséal de l’œuvre a privé celle-ci des usages qui permettaient aux spectateurs, dans d’autres contextes, de l’appréhender avec l’ensemble des sens.

 Après quoi on explorera les conditions de visibilité, d’invisibilité, ou de visibilité partielle, des œuvres. Il s’agira alors de réfléchir sur les conditions de disparition définitive de celles-ci (dans le cas où elles sont détruites) ; sur les situations d’effacement partiel délibéré (l’occultation dans des « enfers » à la visite étroitement contrôlée) ; et sur celles d’une occultation sélective (les collections ou la privatisation des œuvres). L’histoire de la censure constituera une part de notre réflexion, avec celle de son pendant, la liberté de donner à voir, et de voir. 

Au fond, il s’agira dans ce cours de réfléchir sur cette assertion paradoxale : une œuvre est peut-être d’autant mieux vue, ou regardée, qu’elle est ou a été d’un accès difficile et qu’on la redécouvre, après des années ou des siècles, d’invisibilité.

 Qui sait : et si ces œuvres invisibles — disparues, inaccessibles — étaient-elles celles qui prêtent le mieux à rêver, regretter, espérer ? 

Entre histoire de l’art histoire et philosophie de l’art, ce cours porte sur le long terme, puisant ses exemples dans une époque qui mène de l’Antiquité à la période contemporaine, et s’évadant parfois vers les arts extra-occidentaux. Il y sera pourtant question essentiellement, de la période XVIe au XIXe siècle en Europe.

Validation : Mémoire écrit à rendre.

Le surréalisme par ses expositions, 1925-1965

Katia Sowels

MARDI

9H - 11H

Salle des Actes

(Amphi Galois le 05/04)

6 S2 Avancé

« Fantôme surréaliste », « portrait manqué », « amitiés à fonctionnement symbolique », « cadavres exquis », « objets désagréables », « fétiches européens », « apparitions d’êtres-objets », « clips fluorescents », « taxi pluvieux »… Conçu comme une visite à travers les expositions internationales du surréalisme – et, auparavant, de quelques lieux aussi emblématiques que la Centrale, l’atelier du 42 rue Fontaine ou la Galerie surréaliste - ce cours propose une introduction à l’histoire du mouvement au prisme de la création collective. D’une manifestation à une autre, au fil de la chronologie et à travers des géographies plurielles, nous tâcherons d’embrasser le surréalisme dans la diversité de ses protagonistes, l’évolution de ses pratiques, la circulation de ses œuvres, le renouvellement de ses engagements, entre guerres, crises, révolutions, succès et scandales. Chemin faisant, il faudra s’interroger sur ce qui fait l’actualité du surréalisme, qui est aujourd’hui le mouvement artistique du XX° siècle le plus exposé.

Validation : petit mémoire écrit.

Autochtonie, hybridité, anthropophagie (deuxième année)

Morgan Labar

2 MERCREDIS PAR MOIS

17H - 19H30

Salle Weil

Palais de Tokyo

6

S1/S2

(Insécables)

Avancé/

Débutants curieux

Séminaire de recherche, deuxième année, et cette année en partenariat avec le Palais de Tokyo.

PREMIERES SEANCES : le 6 octobre puis le 20 octobre, 10 et 17 novembre : salle WEIL

La montée en visibilité des pratiques « "autochtones »" (indigenous en anglais) dans les circuits de l’art contemporain globalisé est un phénomène majeur de l’histoire de l’art en train de s’écrire. Principalement revendiquée dans des espaces où la colonisation a pris des formes radicales (en Amérique du Nord et en Océanie), l’autochtonie est aujourd’hui de toutes les biennales, au risque, parfois, de devenir une étiquette. Les termes « hybridité » et « anthropophagie » (en référence au Manifeste Anthropophage d’’Oswald de Andrade) ont ainsi été accolés à « autochtonie » de sorte à éviter les assignations identitaires et à interroger l’invention de pratiques et d’identités labiles, déjouant les catégories héritées du colonialisme et permettant de repenser les rapports à la nature, au territoire, aux autres humains et aux autres qu’humains.

En laissant la parole à des chercheur·.es et à des artistes, ce séminaire entend ainsi déplacer la focale des questions institutionnelles vers celles des processus créatifs, des identités assignées vers les pratiques par lesquelles l’’individu s’’auto-désigne et invente ses relations au monde. Il sera cette année mené conjointement avec le Palais de Tokyo en lien avec les expositions « sans titre (territoire originel) » de Jonathan Jones et « Réclamer la terre ».

On alternera interventions extérieures et discussions de textes (souvent en anglais) dont la lecture, avant chaque séances, sera une des conditions de la validation.

Validation : assiduité, pré-lecture des textes et participation à leur discussion, ainsi que la présentation (orale) d’un article dans le semestre.

Le prix de l’œuvre

Sophie Cras (Université de Paris-1) et Charlotte Guichard (CNRS/ENS)

VENDREDI

10H - 13H

Salle d’Histoire les 28/01, 04/02, 18/02, 11/03

Salle des Actes les 25/03, 01/04, 08/04, 22/04

  S2 Avancé

 

CALENDRIER : 28 janvier, 4 et 18 février, 11, 18 et 25 mars, 1er, 8 et 22 avril.

Pourquoi le marché de l’art fascine-t-il autant les médias et le grand public ? Euphoriques ou exaspérées, les passions excitées par les prix atteints en vente publique ne s’émoussent pas. C’est que les millions échangés contre des œuvres ne suffisent pas à chasser l’idée que l’art devrait échapper à l’économie ordinaire de la marchandise. Pour certains, la figure de l’artiste désintéressé, vivant pour son art mais « récupéré » par le système marchand, demeure une représentation vivace ; pour d’autres, l’artiste est au contraire devenu un génie stratège, mû par l’appât du gain, prompt à tirer profit de la crédulité et du snobisme de riches amateurs.

Repoussant ces caricatures, ce séminaire de recherche restituera l’épaisseur historique des marchés de l’art et la place active de l’artiste en leur sein. Dans un dialogue entre histoire de l’art et sciences sociales, les séances seront organisées autour de la lecture d’articles, l’analyse d’œuvres et d’archives (contrats, correspondances, textes théoriques). Dissipant l’illusion du contemporain, il montrera que des notions telles que le prix, la spéculation, la ‘cote’ et la réputation s’ancrent dans une histoire séculaire, qui remonte au moins au XVe siècle, et dont les artistes furent aussi des acteurs : jamais indifférents à leurs conditions d’existence et de travail, ils se saisirent de cette matérialité comme d’une contrainte créative.


Validation : assiduité, participation, rédaction d’une note critique (18 à 20.000 signes) à partir d’un ouvrage de la bibliographie.

Fortunes et circulations des images en Europe, XXe - XXIe siècles

Léa Saint-Raymond (ENS/PSL, Centre IMAGO)

UN LUNDI PAR MOIS

17H - 19H

IHMC  

S1/S2

(Insécables)

Avancé

Si les circulations des artistes et des œuvres occupent l’histoire de l’art depuis de nombreuses années, celles des images soulèvent de nombreuses difficultés. Comprises, au sens large, comme des représentations ou reproductions d’un objet ou d’une figure, les images peuvent être à la fois matérielles, artificielles, mentales, numériques et perceptives – et c’est peut-être la variété de ces supports qui rend l’étude de leur circulation si difficile. Ce séminaire se propose d’étudier les processus de circulation des images et d’analyser leurs appropriations, leurs transformations et leurs resémantisations. Les séances, mensuelles, couvriront une large période, de l’Antiquité aux années précédant le développement d’Internet. Elles questionneront la fortune et la circulation des images, en Europe, pour des médiums aussi divers que les vases antiques, les enluminures, les icônes, les gravures, les peintures, dessins et sculptures, les photographies, ou encore les collages Dada, les bandes dessinées et les revues illustrées.

Pour plus d’informations : https://www.imago.ens.fr/portfolio/seminaire-fortunes-et-circulations-des-images-en-europe/

 

Musique
Enseignant.e.s Horaires Salle ECTS Semestre Niveau
Musique et poésie : le Lied
Fériel Kaddour

MARDI

17H - 19H

Salle des Actes 6 S1

Ouvert

à tous

 

PREMIERE SEANCE : 21 septembre 2021.

La musique et la poésie sont-elles des alliées naturelles ? L’évidence apparente de leur lien est à l’origine d’un genre : le Lied. Mais les formes que ce genre déploie tout au long de son histoire font apparaître des lignes de tension – entre forme poétique et forme musicale, prosodie et syntaxe harmonique, narration à une voix et narration en duo (chant-piano), etc. Au programme du semestre : Schubert et Goethe, dont on interrogera les affinités (Lieder du Faust, Erlkönig, Wandrers Nachtlieder, etc.). La spécificité du séminaire tient à ses approches pluridisciplinaires et sa démarche repose sur des analyses croisées des poèmes et des partitions. Aucun pré-requis (il n’est pas nécessaire de savoir lire une partition), si ce n’est un goût prononcé pour ce répertoire musical.

Validation : travail écrit. Les validations sous forme de travaux collectifs sont encouragées, et peuvent faire l’objet de la mention « expérience collective de recherche ».

L’opéra : Musique et dramaturgie

Fériel Kaddour

MARDI

17H - 19H

Salle des Actes 6 S2

Ouvert

à tous

 

PREMIERE SEANCE : 24 janvier 2022.

Œuvre d’art totale ou genre hybride ? Ce séminaire aborde l’opéra sous forme de lectures croisées : dramaturgie et analyse musicale, écriture vocale et construction du personnage, rythme scénique et tempo lyrique, déplacements du théâtre vers la musique et vice-versa, etc. Chaque opéra étudié fait l’objet de plusieurs séances. Il n’est pas nécessaire de savoir lire une partition pour suivre ce séminaire.

Programme du semestre : Mozart, Don Giovanni ; Verdi, La Traviata ; Puccini, Tosca ; Berlioz, Les Troyens ; Berg, Wozzeck ; Saariaho, L’Amour de loin.

Validation : travail écrit.

Introduction à l’histoire de la musique par l’écoute des œuvres

Karol Beffa

MERCREDI

17H - 19H

Salle des Actes 6

S1/S2

(sécables)

Ouvert

à tous

 

PREMIERES SEANCES : 22 septembre - S1 ; 20 janvier - S2

Ce séminaire est ouvert aussi bien aux non-spécialistes, donc aux étudiants et élèves de première année, qu’aux spécialistes, plus avancés dans leurs études. La période étudiée va de Bach à nos jours. Il s’agira essentiellement de musique occidentale savante, mais il sera fait ponctuellement référence à des musiques extra-européennes. Il constitue par ailleurs une préparation à l’épreuve de commentaire d’écoute du concours d’entrée au Conservatoire national supérieur de musique de Paris en classes d’érudition (esthétique, culture musicale, analyse, histoire de la musique).

Validation : participation et exposé.

L’orchestration

Karol Beffa

MERCREDI

14H30 - 16H30

Salle de Musique

(46 rue d’Ulm)

6 S2

Avancé

 

PREMIERE SEANCE : 20 janvier 2022.

Ce séminaire s’adresse aux étudiants soucieux d’approfondir leur connaissance de l’écriture pour diverses formations instrumentales, de la musique de chambre au grand orchestre. Après avoir abordé les particularités des différents instruments, on précisera leur fonction grâce à l’analyse : écriture pour cordes, pour vents, histoire de l’orchestration, depuis l’orchestre classique jusqu’à l’orchestre romantique et moderne. Ce cours s’inscrit dans le prolongement de celui de l’année 2020-2021 mais abordera d’autres questions et d’autres répertoires. On peut tout à fait le suivre sans avoir suivi le cours de l’année dernière.

Validation : exposé.

Musicologie pour spécialistes : analyse, esthétique

Fériel Kaddour

MARDI

14H - 16H30

Salle de Musique

(46 rue d’Ulm)

6

S1/S2

Avancé

 

PREMIERE SEANCE : 21 septembre - S1 ; 25 janvier - S2

S1 et S2 sécables : sauf exception. il est nécessaire d’avoir suivi et validé le S1 pour s’inscrire au S2. Enseignement réservé aux spécialistes de musicologie.

Ce séminaire est réservé aux musicologues spécialistes, aux élèves qui souhaitent intégrer la musicologie dans leur parcours d’études, et aux élèves musiciens ayant un très bon niveau de solfège et d’analyse musicale. Il a pour but l’acquisition d’une connaissance à la fois technique et sensible des styles « classique » (Mozart, Haydn, Beethoven) et « romantique » (Schubert, Schumann, Chopin). Ce séminaire sert également de préparation aux concours : pré-agrégation, entrée dans la classe d’esthétique du Cnsmdp (entraînement au commentaire sur partition, analyse harmonique, questions d’esthétique).

Validation : contrôle continu.

Musicologie pour spécialistes. Préparation à l’agrégation

Fériel Kaddour

LUNDI

16H - 19H

Salle Musique 46

-

S1/S2

Préparation

à

l’agrégation

 

Préparation à l’agrégation 2022. Programme du S1 : épreuve de dissertation. Programme du S2 : commentaire d’écoute et leçon. Cours réservé aux agrégatifs. Ne peut être validé en dehors de ce cadre.

Harmonie et harmonisation au clavier

 

Niveau : cours réservé aux étudiants avancés. Se préinscrire auprès de feriel.kaddour@ens.fr au plus tard le 15 décembre.

Informations complémentaires à suivre.

 

Etudes théâtrales
Enseignant.e.s Horaires Salle ECTS Semestre Niveau
L’atelier des spectateurs·trices
Anne-Françoise Benhamou

VENDREDI

10H - 13H

Salle Weil    S1

Ouvert

à tous

PREMIER COURS : vendredi 24 septembre 2021.

Au rythme d’un spectacle par semaine, l’atelier des spectateurs et spectatrices s’ouvre à la diversité de la production théâtrale contemporaine dans le réseau du théâtre public à Paris et en banlieue. Chacune des séances sera consacrée à un spectacle, sous forme de réflexion collective. Aucun prérequis à l’inscription, mais il est obligatoire de voir tous les spectacles et d’être présent·e à chaque séance.

Validation : assiduité et participation orale.

Variations dramaturgiques et grandes mises en scène

Anne-Françoise Benhamou

 MARDI

16H - 18H30

 Salle Weil    S2

Ouvert

à tous

 

PREMIER COURS : mardi 18 janvier 2022.

Le théâtre envisagé ici est celui qui s’inscrit dans la grande tradition des relectures du répertoire (notamment tragiques grecs, classiques français, Shakespeare, Tchekhov, Ibsen…) par la mise en scène, des années 1970 jusqu’à aujourd’hui. Il s’agira d’analyser et de comprendre ces gestes de mise en scène, en procédant d’abord à des analyses de détail (comparaison de courts extraits dans différentes mises en scène, en captations) ; puis à partir de là, d’accéder à une approche plus globale de certains spectacles importants, voire majeurs (Strehler, Roussillon, Chéreau, Vitez, Brook, Ostermeier, TGstan, Tiago Rodrigues...) On s’intéressera donc autant aux relations de la dramaturgie au jeu d’acteur, qu’à celle qu’elle entretient à la construction d’ensemble de la mise en scène (notamment scénographie et rapport à l’espace, costumes, rythme...) et au sens que prennent ces choix dramaturgiques dans le contexte historique et artistique de création du spectacle.

Validation : assiduité et dossier ou travail oral.

Écritures dramatiques contemporaines françaises et francophones

Marion Chénetier-Alev

 LUNDI

9H30 - 12H30

Salle Weil   S1

Ouvert

à tous 

 

PREMIER COURS : lundi 20 septembre 2021

Dans le sillage du programme Africa 2020-2021, qui se concrétisera à l’ENS par la Conférence Legrain les 13-14 janvier 2022, réunissant chercheurs et artistes africains autour des grandes problématiques de l’Afrique contemporaine, le séminaire poursuivra son exploration des écritures dramatiques contemporaines de l’Afrique francophone. Il alternera analyses des textes, propositions dramaturgiques, rencontres avec les auteurs, et s’articulera avec l’atelier d’écriture animé par Kouam Tawa au second semestre. Seront abordées quelques unes des problématiques qui traversent le théâtre africain francophone en France et en Afrique aujourd’hui, entre sa naissance dans un contexte d’affrontement et d’assujettissement culturel et politique, son évolution vers une complexe émancipation des esthétiques héritées du théâtre européen, et les questionnements actuels qu’il affronte, liés, entre autres, aux rapports avec les différentes langues d’écriture, les traditions africaines, les publics visés, les contextes de création, les infrastructures de diffusion, etc.


Validation : Assiduité et « appropriation libre » d’un texte parmi les œuvres étudiées.

Lecture et dramaturgie du texte de théâtre : le théâtre de Brecht (2e année)

 

Anne-Françoise Benhamou

MARDI

16H - 18H30

Salle Weil   S1

Ouvert

à tous

 

PREMIER COURS : mardi 21 septembre 2021.

Après s’être consacré en 2020-21 à Tambours dans la nuit et à quelques pièces didactiques, le séminaire de dramaturgie poursuivra ses investigations dans le premier théâtre de Brecht – caractérisé par sa poésie, par son sens du tragique tout autant que par son refus du tragique, par son humour, par son intelligence de la complexité Au programme, l’énigmatique et rimbaldienne Dans la jungle des villes et ainsi que Sainte Jeanne des abattoirs, pièce épique qui transpose à Chicago parmi les « magnats de la viande » la crise de 1929. Tout en les situant dans leur contexte et leurs enjeux historiques et politiques, nous essaierons de poser les questions que ces textes adresseraient au travail théâtral d’aujourd’hui, de formuler des interprétations et d’envisager leurs conséquences scéniques.

Validation : assiduité et dossier ou travail oral.

Théâtre et médias (4) : la création radiophonique contemporaine

Marion Chénetier-Alev

VENDREDI

10H - 13H

Salle Weil   S2

Ouvert

à tous

 

PREMIER COURS : vendredi 21 janvier 2022.

Ce séminaire poursuivra la découverte, l’étude et la pratique des créations radiophoniques contemporaines en interrogeant l’évolution entre les formes créées par les grands réalisateurs de la fin du XXe et du début du XXIe, et les productions sonores actuelles auxquelles les nouvelles pratiques de l’écoute (podcasts, plateformes audio, festivals de l’écoute) offrent un champ de réinvention possible. L’accent sera mis sur les outils à concevoir pour analyser les compositions sonores. Le travail reposera sur l’écoute intensive des œuvres, incluera une pratique du logiciel Reaper et une production sonore personnelle ou collective, en collaboration avec le créateur sonore David Christoffel.


Validation : Assiduité et analyse ou production d’une œuvre radiophonique.

Réception du jeu de l’acteur : approche historique et critique

Marion Chénetier-Alev

MERCREDI

10H - 12H

Salle Weil   S1 Avancés

 

PREMIER COURS : mercredi 22 septembre 2021.

Corrélé à la journée d’études qui se déroulera le 29 novembre 2021 sur la notion d’action dans le travail de l’acteur (« Approches croisées de l’acteur au plateau », co-organisée avec Daniel Cohen-Séat), ce séminaire interrogera la possibilité d’une critique du jeu de l’acteur au théâtre du point de vue de sa réception. Qu’observons-nous lorsque nous regardons un acteur jouer ? Peut-on définir des types de réception ? Quels discours/débats/notions critiques ont vu le jour au fil du temps, et selon quels critères a-t-on appréhendé cet art ? Quels spectateurs se tiennent devant l’acteur et qu’attendent-ils de lui ? Le travail se fondera sur l’examen de corpus théoriques et critiques existants, l’objectivation des outils et notions mis en œuvre, une pratique d’observation et d’écriture à partir d’extraits filmés ou de représentations vues.


Validation : Assiduité et production d’une analyse de cas.

L’atelier des spectateurs·trices : Observatoire du jeune théâtre

Anne-Françoise Benhamou

JEUDI

16H - 19H

     Salle Weil      S2

Avancés ou passionné.e.s de jeunes créations

 

PREMIER COURS : jeudi 20 janvier 2022.

L’atelier des spectateurs·trices du second semestre sera consacré au jeune théâtre c’est-à-dire aux jeunes artistes émergent·es. Même s’il s’agira avant tout de réfléchir sur les démarches artistiques, ce sera aussi l’occasion de rencontrer des programmateurs ou décideurs institutionnels et de réfléchir sur les dispositifs d’aide aussi bien que de sélection, et sur ce qu’ils déterminent ou non dans les choix, les formats, les positionnements de ces jeunes artistes. En amont du S2, les participant·es devront prévoir notamment de se libérer en soirée la semaine du 22 au 26 novembre 2021 pour suivre le festival de théâtre étudiant « Nanterre en scène ».

Validation : assiduité et participation orale.

La critique en arts du spectacle, supports, enjeux et mutations (4) : Danse

Marion Chénetier-Alev

MERCREDI

9H30 - 12H30

Salle Weil   S2 Avancés

 

PREMIER COURS : mercredi 19 janvier 2022.

Ce séminaire questionne la réception des pièces chorégraphiques et ce qu’elles présupposent quant aux définitions de l’œuvre chorégraphique et de la danse elle-même, ainsi que les différents angles critiques qui s’offrent à qui veut rendre compte d’un spectacle de danse. Il accueille des interventions de critiques et de spécialistes des notations en danse, et couvre essentiellement les productions chorégraphiques françaises et étrangères depuis 1980. Les étudiants seront amenés à produire des textes critiques à partir des spectacles issus de la programmation danse 2021-2022.

Nota Bene : L’inscription à ce séminaire ne requiert pas d’avoir une pratique ou une connaissance préalable de la danse.

Validation : Assiduité et production critique.

 

Esthétique
Enseignant.e.s Horaires Salle ECTS Semestre Niveau
Arts, Création, Cognition

Claude Imbert

et Ségolène Le Men

   à préciser    S2  Initiation

JOURNEE D’ETUDE : le 24 avril 2022.

Ce séminaire Arts, Création, Cognition est commun aux départements de philosophie, ARTS, et master ENS-PSL. On y poursuit un projet de libre initiation à la recherche.

 Sensible aux intérêts les plus contemporains dans le champ des arts visuels en tenant compte de l’actualité des musées et des expositions (année Flaubert, réouverture du musée Courbet et de l’atelier d’Ornans, du musée Carnavalet...) on traitera des œuvres dans leur production (bibliothèques d’artistes, ateliers, scripts et montages, procédures d’animation des images, automates et chorégraphies). En continuité directe avec ce premier aspect, on placera l’accent sur les manières de faire voir dans leur souci d’étendre le champ du visible : expositions et mises en expositions, extensions audiovisuelles, croisement des arts, designs, transformation du tableau en scène et écran.

Le programme sera distribué lors de la première séance

Responsables : claude.imbert@ens.fr ; segolene.lemen@gmail.com

Séminaire du TIGRE : Mythes et illustration

Evanghelia Stead

8 séances

VENDREDI

16H - 19H

à préciser   S2

Ouvert

à tous

Comment lit-on les mythes à travers les mots et les images ?

Partant d’une large palette d’imprimés illustrés, livres, journaux, revues, périodiques de large et moyenne circulation, estampes, tableaux et reproductions d’œuvres d’art, jusqu’au spectacle et le cinéma, ce séminaire aborde le vaste domaine des mythes, gréco-latins, bibliques, et d’ailleurs, et leurs métamorphoses. Il initie les étudiants à l’interdisciplinarité. Il associe la littérature comparée à l’histoire de l’art, l’histoire du livre, les études sur les périodiques, les études de réception, la médiologie et la sémiologie de l’image.

Le séminaire abordera :

1. A) la circulation des motifs iconographiques et l’interaction des langues autour de grands mythes littéraires ;

2. B) la circulation des textes et des images dans d’autres formes culturelles (arts du spectacle, affiches, publicité, etc.) ;

3. C) la circulation des mythes dans d’autres formes médiatiques (cinéma, radio, internet).

 

Art et transdisciplinarité
Enseignant.e.s Horaires Salle ECTS Semestre Niveau
La recherche-création, I, les textes
Antoine de Baecque

MERCREDI

10H30 - 12H30

Salle Lettre 1 et 2   S1 Avancé

La rencontre entre recherche et création prend aujourd’hui de multiples formes. Pour les artistes comme pour les chercheurs, il parait essentiel de développer cette capacité à faire confiance aux outils de la création. Il est important, en outre, de placer la recherche-création au centre de questionnements politiques d’actualité, d’articuler ce mode de recherche avec les grandes remises en perspective contemporaines. La convergence entre les pratiques de recherche et artistique apporte d’autres manières de comprendre le monde et de le rendre sensible. On cherchera dans ce cours à lire les principaux textes, de Deleuze à Agamben, de Latour à Descola, de Rancière à Derrida, qui s’interrogent sur l’acte de création et sa possible « mise en commun » avec l’acte de recherche.

Validation : dossier écrit de 10 pages.

La recherche-création, II, les œuvres

Antoine de Baecque

MERCREDI

10H30 - 12H30

Salle des Actes   S2 Avancé

Les pratiques artistiques permettent d’articuler avec la recherche et les nécessités de l’enquête, une approche sensible, intime, subjective, fictionnelle ou fabulée. On analysera comment, à partir d’exemples désormais récurrents d’œuvres de création et de recherche, fondamentalement transdisciplinaires, voire « indisciplinaires », le paradigme de la recherche a pu s’ancrer dans l’art contemporain, qu’il regarde vers les écrans, les scènes, les images ou les écoutes.

NB : En complément, sur l’un ou les deux semestres, les étudiants pourront suivre le cycle de ciné-club organisé avec Adèle Yon : Permanence Cinéma.

Afriques : approche transdisciplinaire des pratiques artistiques et citadines

Marion Chénetier-Alev (Arts)

et Rym Khene (ITEM)

UN MARDI PAR MOIS

17H - 19H

Voir calendrier 

3 S1/S2 Avancé

 

Inscription obligatoire par mail auprès des organisatrices au moins 48h avant chaque séance : marion.chenetier@gmail.com et rymkhene@gmail.comCe séminaire de recherche transdisciplinaire, soutenu par l’EUR Translitterae, vise à donner à voir et à comprendre les pratiques artistiques et citadines qui se déploient sur le continent africain. Il entend par là même construire un savoir non pas sur mais depuis l’Afrique, dans sa diversité, tout en favorisant le croisement de regard et le dialogue entre chercheurs, artistes et étudiants s’intéressant aux études africaines contemporaines. Chaque séance est consacrée à la présentation des travaux d’un.e chercheu.r.se ou d’un.e artiste.

CALENDRIER

Mardi 19 octobre – Salle Lettres 1-2 : Gaëlle Hemeury, université de Tours, UMR CITERES, L’appropriation artistique de l’espace public en Algérie. La ville témoin et support de la société civile en contexte autoritaire

Mardi 23 novembre - Salle Lettres 1-2 : Éric Delphin Kwégoué, auteur, acteur, metteur en scène, cie Koz’art, Le COMPTO’ART54 : De l’endroit d’où jaillit l’espoir.

Mardi 14 décembre - Salles Lettres 1-2 : Guillaume Guglielmi, université Paris 8, UMR LAVUE, Des collectifs d’artistes face aux enjeux urbains à Dakar.

Jeudi 13 janvier et vendredi 14 janvier : conférence Legrain "Modernités africaines"

Mardi 1er février – salle Dussane : Alain Kassanda, réalisateur, Projection-débat du film Trouble Sleep (2020)

Mardi 15 février – salle Histoire : Pierre Leroux, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, CERC, Des sorciers dans la ville : altérité et sorcellerie en contexte urbain dans Les Voleurs de sexes de Janis Otsiemi et Lagoon de Nnedi Okorafor.

Mardi 15 mars - salle IHMC : Khalid Lyamlahy, université de Chicago, « Le regard de ces villes qui pourrissent au soleil » : représentations et imaginaires urbains dans les années Souffles.

Mardi 19 avril - Salle Dussane : Jean-Luc Raharimanana, écrivain, artiste pluridisciplinaire, metteur en scène de la Cie SoaZara, Les paysages de la Voix, ou l’impossible fixation du dire

Arts du spectacle (théâtre, cinéma, danse, performance) et sciences humaines et sociales

Anne-Françoise Benhamou

et Valérie Pozner (CNRS)

UN LUNDI PAR MOIS

12H30 - 14H30

salle Weil (hybride) ou en ligne   S1/S2 Master, prédoctorat, doctorat

Le séminaire peut être suivi dans sa totalité et validé, mais chaque séance peut également être suivie séparément, en fonction des intérêts de recherche.

CALENDRIER : 11 octobre, 15 novembre, 13 décembre 2021 et 10 janvier, 7 février, 14 mars, 4 avril, 9 mai 2022.

Le séminaire privilégie l’interdisciplinarité arts / sciences sociales (histoire, sociologie, anthropologie) ou interartistique pour montrer comment elle enrichit la connaissance du théâtre, du cinéma, de la performance, de la danse… Chaque séance accueille un·e chercheur·se qui expose concrètement, autour d’un de ses objets de recherche, sa démarche et ses questions. Les prises de parole seront suivies d’une discussion. Les séances auront lieu en hybride (salle Weil et en Zoom ) ou uniquement en ligne, selon les intervenants ; elles seront à chaque fois annoncées, ainsi que leurs modalités, le lundi précédent, sur la liste de diffusion Arts.

Au programme : Lundi 11 octobre : Marion Boudier (Études théâtrales, UPJV/IUF) : L’acteur et le document ; Lundi 15 novembre : François Albera (Études cinématographiques, UNIL) : Le cinéma au risque de Fernand Léger ; Lundi 13 décembre : Sophie Delpeux (Histoire de l’art, Paris 1) : La performance comme thérapie psycho-corporelle ; Lundi 1 janvier : Laura Cappelle (Études de danse, CERLIS) : Quelle histoire de la danse aujourd’hui ? La conception de Nouvelle Histoire de la danse en Occident (Seuil, 2020) ; Lundi 14 mars : Guillaume Vernet (Histoire du cinéma, Paris 1) et Gaël Peton (Histoire du cinéma, Paris 1) : Le cinéma et les politiques publiques : quelles sources pour quelle histoire ?

Le programme sera complété à la rentrée.